Gluten-Addict

IMG_7095.JPGJ’aime les pâtes. Dans le genre addiction. Je pourrai en manger tous les soirs, à toutes les sauces. L’envie est tellement forte, que desfois je me demande si c’est l’envie d’en manger et me dire que ça va avoir lieu, ou l’action de les manger qui me procure le plus de plaisir.

Alors il faut trouver des alternative.

Finalement, te dire que tu as craqué pour des pâtes, ce n’est pas tout à fait juste,
Tu as craqué contre l’envie, contre l’ennui …

Comment peut-on être si dependant ?

Comment ton personnage, si expressif, enthousiaste, leader de déjeuners à la cantine peut avoir si peur de se retrouver avec lui même?

Comment tu faisais avant ? Comment peux-tu être toi même si tu as peur de te retrouver seul avec toi même?

Tu dis que ça te permet de t’échapper, l’état de s’échapper se retrouve avec un peu de concentration. Les pâtes permettent de te donner cette sensation d’échappatoire car elles sont bourrées d’éléments qui ne font pas de bien à la santé au quotidien. C’est en prenant l’habitude qu’on provoque des habitudes, depuis quand aime-t-on la routine ?

Pâtes degueulasses. Mais je n’y arrive pas, c’est plus fort que moi, et le paquet est devant moi, tellement accessible…

“Ça m’apaise, ça me rend bien” ben oui, cela a été créé pour ça !!!! Je compare la méthode douce à la méthode dur mais “ça m’excite, ça me fait tenir, je passe une meilleure soirée” -> C’est exactement le même effet sauf que ce n’est pas la même couleur. Super !

Avoir tant d’envie est une forme d’addiction et tu vaux mieux qu’un mec/une fille cantonné(e) à son plat de pâtes des qu’il ou elle se retrouve confronté(e) à lui/elle même.
On est plus des bébés. Il faut grandir (un peu)

Si tu as un doute, imagine une seconde le regard de tes parents et tes proches s’ils te voyaient dans le coin de ton canapé avec tes pâtes et ton mode de vie. Ils seraient très déçus, car comme pour moi, cette image n’est pas compatible avec la personne que nous connaissons : pleine de conviction, une volonté folle, une vie réussie, une simple présence dans un groupe qui diffuse un effet euphorisant. “Je ne t’ai pas élevé comme ça diraient-ils”

“Tu n’as jamais manqué de rien, je t’ai fait goûter un tas de saveurs différentes : des couscous, des tajines… et toi tu bouffes des pâtes ! Tout ce qu’on t’as apporté pendant 25 ans, tu le réduis à une consommation de pâtes quotidiennes? C’est moche”

Enfait, déjà il ne faudrait pas y penser. Ensuite voir le paquet, c’est déjà le mal car on tend le bras, on l’ouvre et on entend ce petit bruit de craquement du plastique qui nous fait déjà trépigner. Alors c’est simple, la solution est de NE PAS ACHETER de Panzani, Buittoni et toutes ces variétés diverses.

Mais non ce n’est pas cher 0,90€ ! Mais LA n’est pas le problème. Nous n’achetons pas de paquet, nous n’avons pas de pâtes, nous n’en achetons pas. Bébé!

Ensuite, craquer c’est un peu comme si cela ne servait à rien d’avoir arrêté d’en manger pendant un an. “j’ai arrêté les lasagnes, mais bon pas les pâtes!” Car finalement, tu as des féculents aussi à l’intérieur, alors il ne faut pas se voiler la face ! Bah oui, tu croyais que c’était facile ?! Et donc, tu n’as pas vraiment arrêté. Enfait, t’es un putain de menteur.

Lasagnes ou pâtes, c’est la même famille. Et si tu craques pour l’un des deux c’est comme si tu n’avais jamais réellement stoppé la consommation de l’un ou de l’autre. C’est moche, apres tant d’efforts.

Tu n’as pas un mental de chips, ces mecs qui disent “j’arrête” et replongent deux semaines après. Ridicule. Camés. Garde ton esprit vif, ne te laisse pas ronger à long terme. Pour un paquet qui fait “crrac crraac”, c’est naze quand on y pense ?

Le simple souci de savoir si tu vas manger du gluten et surtout, savoir comment tu vas t’en procurer est une forme de dépendance tellement forte. Trop forte. Pas normale.

Mais qu’est ce que ce problème vient faire dans ta vie, toi, élevé dans l’amour et ne manquant de rien ?
Quand est ce que ça a commencé ? Quand est ce que ça s’est amplifié ? Qui t’as dit “tiens, essaie la sauce bolognese c’est encore meilleur?”
Je déteste cette personne car elle occupe trop de temps dans tes pensées, qui t’empêche de t’investir dans d’autres choses. Tocard(e).

Occupe toi. Un peu comme ce qu’on dit aux enfants “occupe toi tout seul”, “va jouer”.

Te dire que ça ira mieux quand “tu auras trouvé l’amour, parce que tu mangeras des salades” “quand tu auras déménagé car tu repartiras à 0” ; c’est un peu comme aller à la banque avec un chèque en blanc.
Tu te donnes l’impression que, mais au fond de toi tu sais très bien que tu es juste faible. Haha. Faible. Faible. Faible.

Alors trouve toi une autre faiblesse car celle-ci n’est pas naturelle et ne mérite pas tout le temps que tu passes à la combattre.

Sache aussi que tu mets ta santé en danger. Un aliment consommé ainsi de manière récurrente t’expose à des risques que tu pourrais regretter, et que tu aurais tellement honte à expliquer à tes enfants et à ta femme. “Faut que je te dise, plus jeune… j’étais accroc au gluten du coup je risque de clamser dans 3 ans” . Haha mais le délire quoi.

Mmmhhh mais qu’est ce que c’est bon le goudron, ça m’apaise ! Ben oui, c’est tellement lourd les pâtes que c’est finalement comme si tu léchais le macadam. Totalement dégueulasse.

Je m’ennuie, je vais manger des pâtes. Mais, l’équation est débile !
Trouve toi une autre excuse. Avec ton travail, ta vie sociale et ton caractère, celle-ci n’est pas valable.

Ton pire ennemi c’est l’ennui, mais tu sais “ne rien faire” ne signifie pas s’ennuyer. C’est agréable de se retrouver tranquillement, réfléchir à demain, lire, regarder un film, chercher de nouvelles musique, se dépenser, dormir, cuisiner…

Liste sur une feuille les choses auxquelles tu pensais quand tu me dis que ça t’aide à réfléchir & à t’apaiser : as tu fait des découvertes scientifiques ?
Y’a-t-il seulement un exemple de chose auquel tu n’aurais pas pu penser normalement ?? Lesquelles ?

Je suis curieuse de savoir.

Alors relève-toi, tu vaux 1000 fois mieux que ça.
La vie est un éternel apprentissage, et nous devons profiter de chaque seconde de libre pour découvrir des choses nouvelles, apprendre, se découvrir soi-même. Il faut sortir de cette dépendance qui n’a rien à faire dans ta vie.

Et ça commence aujourd’hui.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s