Demain, j’arrête de boire.

Vous souhaitez préparer l’été ? Faire une cure de purification ? Prendre ce burger avec extra cheese sans culpabiliser 🧀  ? Perdre du bide ? Augmenter vos performances sportives ?

Stop le jus de citron. Entre nous, c’est vraiment dégueu : hyper acide et en plus à jeûn, c’est franchement violent ! C’est alors, que je me dis qu’après avoir divisé par deux ma consommation de pâtes -> et si j’arrêtais de boire? Juste pour voir comment ça fait.

Comment ! A l’arrivée de l’été ? Les apéros ? Les dej’ ? Les after-work ? Les parents à la maison? Le verre de rosé (mais si il y en aura assez cet été) ? Les pots de départs ? Les pots d’arrivée ? Les pot(o)s tout court ?

Tellement de raisons et prétextes qui nous poussent à consommer du -OH, qu’on se rend compte que notre niveau de consommation est tout de même élevé et que c’est surtout …très dur d’arrêter quand on est en permanence sollicités !

J’ai envie de préparer l’été, de faire une cure détox sans citron, de manger des burgers et du pâté, d’avoir un ventre plat et soulager mes rotules (apparemment, perdre 1kg soulagerait les rotules de 8kg pendant la course – good deal).

Ramadan, carême peuvent être des prétextes  pour se livrer l’exercice à notre manière. Ma manière dans ce cas, serait d’éviter toute substance toxique à l’intérieur de mon corps. Alors, vous jouez avec moi ? Ça va être génial je vous assure, et au moins nous aurons le mérite d’avoir essayé !

Au mieux, on se sent super bien, on accumule des énergies positives et moins de fatigue.

Au pire, on se rejoint au bar !

MAIS.

Pour ce faire, on va avoir besoin de se soutenir. De nous serrer les coudes et de commencer par se fixer des objectifs atteignables : 1 semaine, 15 jours, 1 mois … (A vous de voir !) – et vous remarquerez que je ne m’engage sur aucune période.

Pour s’y mettre, il faut évidemment une phase de préparation psychologique : se préparer à assumer une série de réflexions de la part des copains, collègues et soi-disants amis. Tous ces petits diablotins qui vous poussent à la consommation ! Il est possible que vous perdiez quelques personnes de votre entourage à l’issue de cet exercice, mais vous pourrez également rencontrer d’autres personnes, prêtes à vous suivre dans vos soirées “jus de pomme”. En plus, le #healthy a la cote sur les réseaux sociaux.

Pour vous aider, voici donc une série de remarques qu’il vous faut pouvoir anticiper, pour y répondre et ne pas craquer. Faites-moi part des vôtres si vous en avez et on les ajoute à la liste !

“Ce n’est pas une pharmacie ici!”

Vous répond le barman alors que vous venez de prendre votre courage à deux mains pour ne pas dire “Picon Bière” à la place de “Perrier Citron”. Il fait rire tous les poivrots de bar à côté en s’exclamant haut et fort ? Répondez-lui que vous êtes enceinte, il se sentira con. Vous êtes un mec ? Dites-lui que çà vous rend hyper agressif en le fixant droit dans les yeux, sans sourire et en marquant un temps de silence de quelques secondes. Il va flipper.

“T’es enceinte??”

Vous balance votre cousin en plein repas de famille?

Avant que vos parents ne fassent une crise cardiaque, car vous n’avez jamais présenté personne : Dites NON fermement et vantez les mérites de votre cure détox. Vous ferez des jaloux, car au moins 60% des personnes autour de vous se sont surement demandées comment faire attention à leur alimentation au quotidien. D’autant plus que vous pourrez en profiter pour vendre vos dernières adresses de restaurants healthy testés lors de votre dernier passage à Paris. Et bim, tout le monde vous écoute, non?

N.B : si par contre, on vous propose du champagne, vous avez le droit de dire OUI – des chercheurs ont vanté les bienfaits de cette boisson contre la cellulite !  

“T’es pas drôle si tu bois pas”

Si vous entendez çà : soit le mec (ou la nana) veut vous pécho.
Soit cette personne est à éliminer de votre entourage, car vous ne l’amusez visiblement pas autant quand vous êtes soft… Sympa!

“Tu ne sors pas du coup?”

Ben si. Ne pas boire n’est pas incompatible avec s’amuser ! On peut même se rappeler de notre soirée (waouh!), être en super forme le lendemain et vanner les copains qu’on a surpris en train de danser avec le croisé d’ “Jacky Sardou et d’un pokémon” ! De plus, votre déhanché sera de surcroît plus en rythme et vous pourrez peut-être même tenter le moonwalk en talons aiguilles un peu mieux que çà !

“Bon, ok alors moi aussi je prends un jus de goyave”

C’est le pire. Avoir l’impression qu’on empêche l’autre de boire. Sûrement la situation la plus dure à laquelle résister. Soyez forts, dites-vous que vous avez une forte influence, que cette personne sera finalement contente de vous avoir suivi et surtout, que vous avez une détermination hors du commun. #nopainnogainbaby

“T’es au courant que ton coca coûte plus cher qu’une bière ?”

Oui. Et toi t’es au courant que je rentre à nouveau dans mon pantalon taille 36 et que la bière c’est 90% d’eau ? Petit joueur !

Si vous en avez d’autres en tête, feel free to share …

Dans quelques jours ou mois (selon mon niveau de détermination) je vous ferai l’article du vécu de cette trêve.

Et puis, pensez un peu à la balance économique. Avec cette nouvelle idée d’arrêter de boire, plus de pénurie de rosé = hausse des exportations = pays riche = un gouvernement content = des investissements supplémentaires en faveur de la culture = un concours national pour favoriser la musique chez les jeunes = un nouveau tube de l’été pour faire de la concurrence à Chihuahua et Gnam Gnam Style ! Et ouais !

Alors, on commence ensemble demain?

Demain j'arrete de boire

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s